Les comics considérés comme les meilleurs de tous les temps, ou du moins les plus connus, sont pour la plupart publiés par Marvel ou DC qui, sans avoir pris le monopole, font aux autres histoires de super-héros plus d’ombre que Coca-Cola n’en fait à Pepsi. Pourtant, regarder ces deux maisons d’édition sans prendre en compte tout ce qui se fait autour, c’est comme regarder la Tour Eiffel sans s’intéresser à Paris.

Il est difficile pour un comics « indépendant » de passer à la postérité. Comment rivaliser avec Spider-Man, Superman, Batman ou Green Lantern, après tout ?

Et pourtant, certains comics n’ont pas à rougir face aux deux géants que sont Marvel et DC. Et pour vous mettre l’eau à la bouche, je vais vous présenter les œuvres « indépendantes » qui figurent parmi mes préférées.

Je précise que je mets le mot « indépendants » entre guillemets puisque je ne compte pas parler que de publications uniques, mais également de comics publiés par des maisons d’édition spécialisées dans les super-héros bien que moins connues que Marvel et DC, comme Image Comics et Valiant Comics.

 

Invincible

Invincible_133-1

Le créateur de The Walking Dead, Robert Kirkman, a récemment achevé son œuvre créée avec Cory Walker, Invincible. Cette série de 144 numéros publiée par Image Comics suit les aventures de Mark Grayson, fils d’Omni-man, principal super-héros de la Terre, et accessoirement analogue de Superman doté d’une magnifique moustache.

Cette série mélange réalisme dans les situations et les combats (j’ai mentionné dans un précédent article que les personnages n’hésitaient pas à littéralement se sortir les tripes) et humour, en moquant les codes classiques des histoires de super-héros. C’est une agréable lecture, si vous ne craignez pas de finir mal à l’aise en voyant gicler dents et boyaux.

Vous serez prévenus.

Fox-Boy

Fox-Boy

Je vis en Auvergne. Pour moi c’est plateau de Gergovie, tirage de manivelle et chant dans les bois. Il est donc naturel que, malgré mon amour des super-héros, j’aie eu un moment d'hésitation en découvrant qu’il existait une bande-dessinée narrant les aventures d’un super-héros breton.

Dieu que je m’en suis repenti.

La série de Laurent Lefeuvre compte actuellement deux tomes, plus un numéro faisant intervenir le Garde Républicain, notre Captain America à nous. Elle raconte l’histoire de Pol (je ne me ferai jamais à ce nom), un adolescent bourgeois fan de super-héros, qui, par un concours de circonstances, se retrouve transformé en renard-garou, et qui décide d’entamer une carrière de justicier. En plus de ses aventures, il découvrira l’origine de ses pouvoirs.

Cette série a tout pour plaire, entre des personnages attachants et un univers fantastique qui s’étoffe petit à petit, empruntant à la fois au folklore français et à un univers plus typé science-fiction.

Furious

Furious

Furious, de l’auteur Bryan J.L Glass et le dessinateur Victor Santos, nous propose une héroïne vivante et nuancée, qui essaie de balancer ses problèmes de gestion de la colère et le poids de son passé avec son désir de se racheter et de devenir une héroïne à part entière. C’est l’histoire d’une jeune femme qui parvient à trouver un équilibre entre ce qu’elle veut accomplir et ce qui lui est imposé, le tout symbolisé par la dualité entre le nom qu’elle veut se donner (la Vigie) et celui qui lui est attribué (la Furie).

Watchmen

Watchmen

Ce n’est pas tant l’œuvre classique d’Alan Moore et Dave Gibbons en elle-même que j’ai préférée (bien que je l’aie beaucoup aimée) que l’univers qui a été créé. On y mêle héros hauts en couleur, technologies futuristes et super-pouvoirs avec un cadre réel. Ce n’est pas, comme chez Marvel ou DC, un monde de super-héros, mais un monde où l’on trouve des super-héros. Et c’est l’un des seuls comics de super-héros, à mon sens, où il est impossible de définitivement choisir un camp dans le conflit.

Faith

Faith

Je dois le confesser ; ce qui a d’abord piqué ma curiosité quand j’ai vu ce comics, c’est, vous vous en doutez en voyant l’image ci-dessus, le fait que l’héroïne soit vêtue de blanc et de bleu.

Hm ? Que pensiez-vous que j’allais dire ?

Faith Herbert s’est fait connaître dans les pages de Harbringer, un comics publié par Valiant Entertainment. Au vu de sa popularité, elle a reçu sa propre série, écrite par Jody Houser et dessinée par Pere Perez (essayez de le dire dix fois rapidement) et Marguerite Sauvage. Cette héroïne geek, fan de jeux de rôle, combat le crime après être devenue une célébrité, tout en gérant sa vie privée. Rien de particulièrement original, et pourtant, très agréable à lire. L’histoire a beau être légère et amusante par moments, les affrontements sont sérieux, et les enjeux donnent l’impression d’être bien présents, contrairement à ce que fait actuellement Marvel avec ses voyages dans le temps et l’espace et ses personnages/mondes/univers qui meurent et renaissent à volonté.

L’univers partagé des comics Valiant Entertainment s’étoffe depuis un certain temps maintenant, et réussit à être aussi varié et vivant que celui de Marvel. Il offre des personnages attachants qui vont et viennent entre les titres, avec des caractères bien définis. Faith est l’un de ces personnages, et c’est avec plaisir que je continue à suivre ses aventures.

Masqué

Masqué

En plus d’être mon comics « indépendant » préféré, la mini-série Masqué de Serge Lehman et Stéphane Créty doit bien compter parmi mes comics préférés tout court. C’est bien simple, tout est là.

Cette œuvre fait suite à la série La Brigade Chimérique du même auteur, où l’on assistait à la disparition des surhommes européens, supplantés par les américains. Masqué raconte leur retour au travers de Frank Braffort, un vétéran traumatisé par la guerre qui, dans une Paris devenue métropole ultra-futuriste du niveau d’une New York, est choisi par une mystérieuse énergie, le Plasme, pour acquérir des pouvoirs.

Ce récit s'inscrivant dans l'univers de l' "Hypermonde" porte le double héritage des précédentes œuvres de Serge Lehman et de la fiction française fantastique en général, à la fois au sein de l’univers intra-diégétique et en tant qu’œuvre. Ajoutons à cela des personnages développés, une ambiance à la fois très orientée science-fiction et réaliste, et nous avons une œuvre de super-héros qui frise la perfection. Un excellent mélange entre une fiction accaparée par les Etats-Unis et la touche française.

Je ne peux vous recommander qu’une chose : prenez d’assaut les librairies, envahissez les sites  de vente en ligne, et procurez-vous le plus vite possible les quatre tomes de cette série. Avec un peu de chance, cela convaincra l’auteur de finalement l’écrire, ce deuxième cycle.

 

Voilà une liste de mes six comics de super-héros indépendants préférés, que je vous encourage à découvrir, ou redécouvrir. De même, n’hésitez pas à explorer de votre côté. Car n'oubliez pas que si l’univers des super-héros est une immense forêt, les éditions Marvel et DC ne sont que deux très, très gros arbres.